It appears you don't have Adobe Reader or PDF support in this web browser.

Click here to download the PDF

AGENDA 2019

« On aurait beau installer des barbelés et des gardes aux frontières, on ne parviendra pas à empêcher les gens de passer. Il n’y a pas d’exemple dans l’histoire ou la pression de la vie ne l’ait pas emporté. Ou bien on cherche des solutions raisonnées, mesurées, contrôlées, ou bien il faudra refouler les gens aux frontières, à la mitraillette, et les contraindre à rester chez eux en menaçant de les bombarder.

De telles violences seraient non seulement insupportables, mais elles ne feraient qu’engendrer un terrorisme épouvantable à l’échelle de la planète.

N’attendons pas que les peuples les plus pauvres soient désespérés. Tendons-leur la main, partageons. »

 

Abbé Pierre (Fraternité. 1999)

 

COMMUNIQUE SOMICO 06 (*)

 

Comment un déni de droit fait de la Fraternité un délit

 

Ainsi avec un acharnement particulier la vallée de la Roya vient d’être à nouveau le théâtre d’un déploiement de forces de polices à l’encontre de plusieurs de ses habitant·e·s, citoyen·ne·s solidaires. Qu’ont-ils fait de condamnable ? Ils ne le savent pas, personne ne le sait, mais en tout

cas, ils sont quelques uns à avoir passé une nuit en garde à vue après irruption violente de gendarmes, souvent l’arme au poing à leur domicile, terrorisant les enfants, le mercredi 13 mars à 6h30, pour une perquisition suivie de leur arrestation.

 

Régulièrement, suivant en cela une tradition qui au long des décennies ne s’est jamais démentie et qui en fit pendant la guerre des héros, ils ont secouru des étrangers arrivés au péril de leur vie dans leur vallée, à travers la montagne périlleuse. Plusieurs de ces migrants sont morts avant d’arriver, mais pour ceux qui ont réussi à y parvenir, ils découvraient enfin la solidarité et la fraternité que savent pratiquer bon nombre de citoyens de la Roya. Enfin pensaient-ils, l’asile, le repos, la paix, l’avenir étaient à portée de leur vie !

C’était sans compter sur le déni de droit que pratiquent police et préfecture aux ordres d’un gouvernement qui bafoue la loi pour faire obstacle aux demandes d’asile.

 

« Sauver des vies n’est pas un délit, dans les montagnes comme ailleurs » ainsi que viennent de l’affirmer six associations humanitaires, renforcées en cela par la décision du conseil constitutionnel de faire de la Fraternité une obligation pour tout citoyen de notre République. Ces habitants n’écoutant que leur ADN ont pratiqué la Fraternité, chacun à sa manière, aidant de mille façons les migrants en désespoir et en demande.

STOP à l'intimidation, à la terreur. Nous exigeons de ce gouvernement l'application du droit international qui n'est pas respecté dans l'accueil des plus faibles et le respect des décisions du Conseil constitutionnel, en cessant ces poursuites envers nos compatriotes qui exercent un droit inaliénable et un devoir impérieux : la FRATERNITE.

 

P/ SOLIDARITE MIGRANTS COLLECTIF 06 (*) : Alternative et Autogestion 06, Artisans du monde 06 - Attac 06 - Citoyens solidaires 06 - Collectif citoyen Bevera - Défends Ta Citoyenneté ! Emmaüs Côte d’Azur, FCPE,FSU 06, Habitat et Citoyenneté, LDH Paca, LDH Nice, Mouvement de la Paix, MRAP 06, Planning familial 06, Réseau décolonial 06, RESF 06, Roya Citoyenne, Solidaires 06, Solidaires étudiant-e-s Nice, Vallées solidaires 06.

et : Association pour la Démocratie à Nice – CIMADE 06 - Diem 25 Nice - Ensemble ! 06 - France Insoumise 06 – Nouveau Parti Anticapitaliste 06 - Parti Communiste 06 - Parti de Gauche 06 - Tous citoyens ! – UD CGT 0